Blog consacré aux problèmes d'accessibilité, de circulation et de sécurité rencontrés par les piétions dans le Trégor (région de Lannion Côtes d'Armor)

30 janvier 2021

Stationnements sur trottoirs

Deux villes viennent de s'engager ouvertement dans la lutte contre le stationnement sur les trottoirs, dit "très gênant" et donc passible d'une amende de 135 € voire d'une "invitation" à aller chercher son véhicule à la fourrière...

Pour un tel engagement, il faut avant tout au moins un(e) élu(e) prêt(e) à assumer la responsabilité de s'attaquer à ce qui est souvent un paradoxe : d'un côté nombreux sont ceux (piétons, cyclistes et automobilistes) qui ragent contre ces incivilités, d'un autre le volet répressif n'est pas toujours bien accueilli par ces mêmes plaignants. Un peu comme une pandémie dont on voudrait se débarrasser, mais sans les contraintes qui s'imposent... 

Il y a peu de chances qu'un(e) élu(e) s'engage seul(e) spontanément : en revanche, ces élu(es) à l'écoute pourront s'appuyer sur les plaintes directes exprimées individuellement par des habitants et sur les demandes formulées par une association comme la nôtre. Et c'est précisément l'un des rôles de Trégor Espaces Piétons : regrouper les plaintes, apporter des informations si besoin (les lois par exemple) et relayer les demandes auprès des instances compétentes.

A Lannion et à Plouaret*, que ce soit pour le stationnement ou pour les haies entravant les trottoirs, la démarche est engagée peut-être de façon différente tout en fixant cet objectif commun de se débarrasser de ces situations gênantes bien sûr, mais avant tout accidentogènes. 

 

*Il est possible que d'autres municipalités aient aussi engagé des campagnes sur ce thème sans que nous en ayons connaissance. 

          

22 janvier 2021

Libérez les trottoirs !


Le promeneur solidaire (de tous les piétons)

Sur l'air revisité de "Le déserteur" de Boris Vian

 

Madame, Monsieur le Maire 

Je vous fais une lettre 

Que vous lirez peut-être 

Prenez l'temps de le faire 

Je viens vous demander 

Et c'est votre devoir 

Libérez les trottoirs 

Pour ma sécurité 

Madame, Monsieur le Maire 

Je ne peux cheminer 

Sur vos trottoirs, coincé 

Vous n'pouvez laisser faire 

C’est pas pour vous fâcher 

Il faut que je vous dise 

Je crois qu'on me méprise

C'est mon droit de passer !

 

Depuis que je circule

J'ai vu tant d'obstructions

Des voitures des camions

Toutes sortes de véhicules

Un fauteuil un landau ?

Le trottoir est trop haut !

Passer par la chaussée

C'est me mettre en danger

Madame, Monsieur le Maire

Déciderez-vous enfin

De faire que mon chemin

Ne nous soit plus galère ?

Pour aller à l'école

A la gare ou au square

Libérez nos trottoirs

Des haies et des bagnoles ! 

 

7 janvier 2021

Le piéton et le trottoir

    Ce n'est pas une fable, mais plutôt le résultat d'une recherche sur la place qu'ont occupée les mots "piétons" ou "trottoirs" dans les bulletins et gazettes des communes de LTC en 2019 et 2020.

Sur 57 communes*, 22 sont d'emblée écartées pour données non utilisables : pas de bulletin consultable en ligne voire pas de site.

Rappel : début juillet, nous avions adressé un courriel invitant chacune des 57 municipalités nouvellement en place à insérer régulièrement un encart consacré à la sécurité des piétons, au cas où cela ne serait pas déjà institué

Parmi les 35 autres communes nous remarquons que :

- 6 communes (17 %) ont rappelé des consignes ou lois relatives au stationnement gênant sur les trottoirs, aux haies débordantes et/ou aux déjections canines dans au moins un encart spécial. Quelques exemples :





- 4 communes (11,5%) reprennent ces thèmes dans des articles plus généraux.
- 15 communes (43%) citent "piétons" ou "trottoirs" mais uniquement sur un plan matériel : travaux ou projets d'aménagements, de voies piétonnes par exemple.
- dans 10 communes (28,5 %) "piétons" ou "trottoirs" n'apparaissent jamais.

    Souhaitons, dans l'intérêt de tous, que la place des piétons dans les publications locales joue le rôle qui lui est dû : nous sommes tous piétons ! Grâce à des informations régulières, il pourrait ainsi être rappelé aux citoyens de chaque commune les règles à respecter pour tenter d'éradiquer ces fléaux que sont ces gênes au cheminement de tous, provoquées par des véhicules, de la végétation, des déjections canines ou des chevalets publicitaires. 

    Ces bulletins et gazettes sont également un excellent moyen pour informer lorsque de  nouvelles dispositions sont introduites dans le Code de la route, ce qui est assez fréquent mais "discrètement" repris  par les médias nationaux.

*(sous réserve d'erreurs ou d'oublis possibles)

 

1 janvier 2021

2021 : un bon cru pour les piétons ?

    Parmi les faits marquants pour 2020, notons l'apparition de la Covid19 et... la naissance de l'association Trégor Espaces Piétons... Pour ses débuts l'association aura connu quelques succès, comme être devenue un interlocuteur reconnu par certaines municipalités et sa contribution pour améliorer la sécurité des piétons en quelques lieux. Quelques lieux seulement, quelques municipalités seulement. 

    Cela signifie clairement qu'en règle générale, la cause des piétons reste une cause reléguée au 3 ou 4e plan, voire marginale ou encombrante mais en rien acquise : combien de bulletins municipaux ou gazettes  consacrent ne serait-ce que quelques lignes pour faire avancer cette cause qui n'a pas d'autre objectif que d'améliorer la sécurité ? 

    Il s'agit pourtant de la sécurité de tous puisque nous sommes tous piétons, il s'agit aussi d'un environnement commun à tous auquel le développement des déplacements non polluants est concrètement l'une des meilleures contributions. La marche à pied comme mode de déplacement ordinaire, banal, est en régression depuis des décennies, malgré quelques soubresauts liés aux confinements de 2020. Le manque, voire l'absence de sécurité sont un frein majeur pour ce mode de déplacement, le plus bénéfique qui soit. Quelques aménagements çà et là, parfois de façade et incohérents, ne cachent pas l'immense étendue des mesures à mettre en œuvre pour faire progresser véritablement la sécurité piétonne. Cela demande courage et volonté d'agir, ce n'est pas une question d'argent : bien des mesures n'engagent souvent que peu de frais voire aucuns frais. Il n'y aura pas de développement des déplacements piétons sans prendre à bras le corps les conditions sine qua non de ce développement.

    L'association va bien sûr poursuivre ses actions : ne comptons pas sur des prises de mesures efficaces et spontanées ! Pour cela il y aura besoin de la mobilisation et de l'appui de piétons déterminés pour ébranler les immobilismes. 

    Souhaitons une année 2021 fructueuse pour la cause des piétons, autant dire une bonne année pour tous !