Blog consacré aux problèmes d'accessibilité, de circulation et de sécurité rencontrés par les piétions dans le Trégor (région de Lannion Côtes d'Armor)

9 juin 2021

Elections départementales : à toutes les listes...

     Nous souhaitons interpeller toutes les listes présentées en Trégor, sur le thème des déplacements piétons qui sont au cœur des préoccupations de notre association.     

    Nous reprenons ci-dessous la quasi-totalité du "plan piéton" élaboré par plusieurs associations de défense des droits des piétons à l'initiative de l'association 60 Millions de Piétons.

    Si la promotion des déplacements piétons entre dans vos projets de futurs élus, pourriez-vous nous dire quels sont les points de ce plan sur lesquels vous seriez prêts à vous engager ?

Voir Ici : 2 listes ont répondu

Mieux se déplacer à pied dans nos départements

Deux axes d’action pour un plan « Piéton » départemental

Les questions de mobilité sont devenues une priorité majeure de nos concitoyens. Les Conseils départementaux ont des compétences d’aménagement et de transport qui permettent d’y répondre en encourageant la conjugaison des différents moyens de déplacement susceptibles de satisfaire leurs besoins de se déplacer, notamment en zone rurale. L’enjeu de ce nouveau mandat départemental est de les orienter vers les mobilités compatibles avec la transition écologique.

Parmi tous les moyens de déplacement, la marche à pied et le piéton sont trop souvent oubliés. Or, la marche à pied est, sans contexte, la seule mobilité à rassembler toutes les vertus. Elle est la plus économique, la plus sociale, la plus propre, la plus saine. Elle est un bienfait pour la santé. Elle est gratuite pour tous. Elle est l’alliée des transports collectifs. Elle est la meilleure réponse dans  la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air.

Investir dans la marche à pied et l'amélioration de la condition piétonne s’avèrent hautement rentables au regard de son rapport coût/bénéfice. Le piéton contribue largement au développement économique, social, sanitaire, culturel et touristique d’un département. Rendre la voirie marchable et  accessible à tous, a aussi une vocation sanitaire et sociale, particulièrement parce que la qualité de l’aménagement de la voirie bénéficie aux personnes âgées, aux personnes handicapées mais aussi aux enfants.

Les Conseils départementaux sont  donc pleinement dans leur rôle et leur compétence pour encourager la marche à pied et la mettre au sommet de la hiérarchie des modes de déplacement. Concrètement, les Départements devraient proposer dans leur programme un Plan « Piétons » ambitieux  à l’échelon départemental.

Un tel plan « Piéton » s’appuierait sur deux axes d’actions :

  1. la mise en œuvre d’une stratégie de valorisation de la marche à pied dans le département à travers sept propositions.
  2. l’amélioration de la marchabilité de la voirie à  travers huit propositions.

 

Premier axe - La mise en œuvre d’une stratégie de valorisation de la marche à pied

  1. Adopter un plan "Piéton" départemental, programmant et budgétisant les projets d’action avec un objectif d’augmenter la part modale de la marche à pied sur le département et de favoriser l’autonomie des personnes à mobilité réduite.
  2. Nommer un référent piéton au sein de l’équipe départementale, formé aux problématiques de la marche à pied, garant de la prise en compte des piétons dans les projets du département  (voirie, urbanisme, transports, accessibilité, ...).
  3. Prendre en compte les déplacements à pied dans les données d’un observatoire des mobilités départementales.
  4. Traiter de la "marchabilité" dans le Plan départemental des itinéraires de randonnée pédestre (PDIRP)
  5. Inciter les communes à maintenir l’accessibilité des chemins ruraux en les incorporant dans le PDIRP
  6. Traiter la "marchabilité" des routes départementales.
  7. Soutenir les politiques de la ville et à la rénovation urbaine, en privilégiant l’accessibilité à pied par l’amélioration des infrastructures piétonnes, notamment dans les cas de traversée d’agglomération par une route départementale.

    Second axe - L’amélioration de la marchabilité du département

  1. Faire l’inventaire des discontinuités des cheminements piétons et des effets de coupure créés par les routes départementales en mettant en œuvre un programme de suppression de ces discontinuités.
  2. Réaliser des audits portant sur la "marchabilité" des routes départementales dans les zones rurales et les traversées d’agglomération en mettant en œuvre un programme de réalisation de trottoirs et d’accotements "marchables".
  3. Réaliser un diagnostic des accidents piétons et un programme de sécurisation des piétons, notamment dans leurs traversées puisque les accidents dont sont victimes les piétons sur les routes départementales sont d’une gravité supérieure  à celle des autres routes.
  4. Harmoniser les vitesses maximales autorisées sur les routes départementales en privilégiant les zones 30 dans les traversées d’agglomération et une limitation de vitesse à 50 km/h dans les zones rurales fréquentées par les piétons, notamment dans les traversées de hameaux.
  5. Soutenir les initiatives des communes et  leurs projets type « cœur de ville » pour financer des aménagements de voirie rendant l’espace public "marchable" comme par exemple un programme de libération des trottoirs, un programme d’éclairage des trottoirs, un programme de sécurisation des itinéraires piétons, un programme de signalétique piétonne.
  6. Promouvoir une coexistence harmonieuse entre piétons et cyclistes, dans le cadre des  projets d’aménagements cyclables du Conseil départemental.
  7. Elaborer et mettre en œuvre des campagnes de sensibilisation pour la promotion de la marche à pied comme un moyen de déplacement à part entière.
  8. Faire participer les piétons, notamment au travers leurs associations, à l'élaboration des diagnostics de "marchabilité" et à la praticabilité piétonne des projets concernant la voirie départementale

 

Aucun commentaire: