Blog consacré aux problèmes d'accessibilité, de circulation et de sécurité rencontrés par les piétions dans le Trégor (région de Lannion Côtes d'Armor)

13 juin 2021

A Trégastel, des aménagements posent question...

    Des aménagements dits "d'urgence" sont en cours à Trégastel et ne préfigurent rien de bon, pour les piétons, ni pour les cyclistes. Ces piétons sont bien sûr les riverains, mais ce sont aussi et en grand nombre, toutes ces automobilistes qui vont se rendre à la plage de la Grève Blanche, une fois leur véhicule stationné sur le côté dédié au stationnement, plus ou moins loin...

    Et naturellement, ces piétons sont tous ceux qui préfèrent, par plaisir, par obligation et/ou par conviction marcher pour aller à la plage. Tout ce qu'il y a de plus simple et naturel !

    Tous ces piétons sont bien sûr susceptibles d'être des familles, des groupes de jeunes, des personnes en situation de handicap... c'est-à-dire des personnes avec des poussettes qu'on descendra éventuellement des voitures, avec des cannes ou un chien-guide, en fauteuil, avec des jouets et engins de plage...  

    Le cadre : une zone 30, avec espaces pour stationnement, chaussée à sens unique, voie cyclable pour circulation en sens inverse (tout à fait légal), espace pour les piétons. 


     Un marquage au sol non conforme laisse présager de sérieux problèmes, des conflits entre les usagers voire des accidents : voie trop étroite pour les cyclistes, certains endroits même en "concurrence" avec ce qui n'a alors rien d'un cheminement pour piétons.

Piétons sur voie cyclable : mais où marcher ailleurs ?

Que devient ce "tourne à gauche" qui coupe voie cyclable et espace piéton ?    

    Une rencontre entre des responsables de la commune et des riverains est envisagée en présence de représentants des associations Trégor Piétons et Trégor Bicyclette, sachant que les 2 associations ont les mêmes objectifs : que chacun puisse circuler en sécurité, ce qui ne semble pas être le cas, ni pour les uns, ni pour les autres. 

    Effets pervers d'une "mesure d'urgence" ?

Aucun commentaire: